Weden design

Lorsqu’ils se rencontrent, Arthur Escoffier et Cyril Jiguet, tous deux Rhône-alpins, passionnés de glisse, de poudreuse et de nature, ont en tête de fabriquer un masque de ski … en bois. C’était il y a trois ans. Aujourd’hui, à respectivement 27 et 24 ans, ils ont créé leur entreprise, été primés et repérés par les professionnels du design. Et ce n’est qu’un début !

R

Weden design
Weden design
Weden design
Weden design

– Comment vous est venue l’idée du Weden ?

Le projet est né il y a 3 ans en école d’ingénieur. Cyril et moi voulions fabriquer des masques de ski en bois.  Au départ, il s’agissait de faire un produit rien qu’à nous, une pièce unique pour nous démarquer des autres skieurs, que l’on aurait partagé avec nos amis. Le bois nous intéressait. Mais le bois brut est cassant, fragile, difficile à adapter à nos envies. Être ingénieur, c‘est trouver des solutions. C’est ce que nous avons fait développant une gamme de solutions sur-mesure en bois dont la plus surprenante est un bois souple, résistant aux agressions extérieures et surtout 100% personnalisable.  Le projet qui était à l’origine un simple produit, s’est transformé en un concept industriel, puis en une entreprise avec son logo, WEDEN et sa baseline « Smarter wood for smarter use » (le meilleur bois pour l’usage le plus intelligent, ndlr.). Chez WEDEN, dans nos ateliers, nous développons des solutions en bois les plus proches des besoins de nos clients. Nous travaillons exclusivement en B to B. De ce fait, nous développons une solution sur-mesure : nous concevons le produit en utilisant un multiplis qui lui est totalement dédié, puis nous produisons en série l’objet en question.

– De quoi se compose le matériau Weden?

Le terme Weden, c’est la contraction de « Wood » et de « Eden », le paradis du bois. Le produit est 100% bois, il s’agit d’un multicouches que nous pouvons enrichir à la demande. D’ailleurs, l’un des derniers objets dont nous venons de faire le prototype, contient aussi du cuir et du bronze. Le Weden est un contreplaqué de bois moulé qui peut être, selon les besoins, souple ou rigide. On peut le tordre, il reviendra à sa forme initiale tout de suite après. Nous disposons d’un catalogue de 150 essences. Nous pouvons travailler le Chêne, le Hêtre, ou bien même la ronce d’acajou. Quant aux matières que l’on peut insérer entre les couches de bois, elles n’ont que l’imagination des designers pour limite. Les épaisseurs de nos plis de bois vont de 0.4 mm à 3 mm, le produit fini varie entre 1.2 mm et 10 cm. Nous pouvons jouer sur les épaisseurs, l’aspect, la couleur, la texture, mettre l’accent sur le visuel des chants ou sur la peau du produit.

– Pour qui travaillez-vous ?

Nous travaillons dans de nombreux secteurs du design, tels que le mobilier, la scénographie, le packaging, l’électroménager, la PLV (supports publicitaires sur les points de vente), les sports loisirs …  Et pour tout type de clients : de l’entreprise naissante jusqu’au grand groupe.

– Quelles sont vos dernières créations ?

On nous confie beaucoup de projets confidentiels pour lesquels nous travaillons depuis le concept jusqu’à la production.

Mais parmi les projets dont nous pouvons parler, il y a la commande de l’architecte d’intérieur Tristan Auer, élu créateur de l’année lors du salon Maison & Objet 2017. C’est un inconditionnel du sur-mesure. Il nous a sollicité pour le développement, puis la production de 30 pièces pour un hôtel parisien. Ce sont des tabourets rouge sombre, dont le multiplis contient du cuir et du bronze. Nous nous sommes retrouvés dans toutes ses exigences : fabriquer en faible volume des pièces de bois courbes, intégrant un jeu de plusieurs matières. La production est prévue pour 2019.

Dans un autre domaine, nous avons été sollicités par la marque de vélos Oklö, installée à Annecy pour produire des paniers de vélos urbain 100% Châtaignier dont les formes courbes s’intègrent parfaitement dans le cadre du deux roues tout en étant particulièrement résistant à une vie en extérieur.

Plus surprenant, peut-être, c’est la production de cache-extincteurs afin que l’aspect du produit s’ajuste au design de l’espace dans lequel il est intégré. Le choix est large entre 150 essences de bois, 10 nuances d’aluminium et 20 revêtements en pierre.

– Demain ?

Demain, nous allons nous concentrer encore plus sur les secteurs haut de gamme tels que le design (sur-mesure), le mobilier (comme sous-traitant pour des designers, des maisons d’édition et des architectes) et le packaging, tout en conservant notre adaptabilité aux problématiques de chacun.

Mais dès aujourd’hui, nous voulons améliorer notre rôle dans la chaîne écologique. C’est même une priorité pour notre structure. Déjà, toutes les pièces que nous fabriquons sont exemptes de formaldéhyde. Mais nous pouvons faire mieux : ça passe par le choix d’un liant ou d’une colle, 100 % biodégradable sans compromettre la durée de vie de la pièce. Autre exemple, nous cherchons à réduire la consommation d’énergie dans nos ateliers, à garantir la traçabilité de nos bois et à améliorer le recyclage de nos déchets, y compris ceux qui proviennent des produits réalisés en WEDEN. Pour nous, il ne s’agit pas d’éléments marketing à mettre en avant, c’est une obligation à avoir vis-à-vis du monde qui nous entoure.

 

Weden design
Weden design
Weden design
Weden design

Propos recueillis par Mireille Mazurier – Photos : Weden