Bâtiment ONF

L’opération consistait à réhabiliter un bâtiment des années 90 pour créer un immeuble de bureaux pour l’Agence ONF (Office National des Forêts) de Metz. Les anciennes façades en béton ont été remplacées par des parois en ossature bois. Le projet a été récompensé, en 2015, dans la catégorie " Bâtiments publics et Tertiaires Grands Espaces ", des Trophées Habitat & Bois®, et par le prix d’excellence du jury Lorraine Qualité Environnement (locaux professionnels).

Le palmarès de la construction bois de la Région Lorraine encourage sur le plan architectural et énergétique, les projets bois réalisés par les entreprises et les architectes Lorrains. L’idée ? Motiver l’acte de construire en bois pour soutenir le développement de la filière bois-matériaux. Le projet de restructuration et de réhabilitation du bâtiment de l’Office National des Forêts de Metz (1 018 m²), donne l’exemple de l’utilisation du bois dans l’existant. Mené par l’architecte DPLG Laurent Kowalski de l’Atelier A4, il explique que le projet s’est articulé autour de deux axes majeurs :

« Redonner une “ image ” du bâtiment à l’échelle du site, en relation avec son nouvel usage de bureaux et en cohérence avec une identité architecturale propre à l’ONF. Enfin, améliorer les qualités thermiques du bâtiment par les façades en dimensionnant l’isolation et en proposant des dispositifs passifs et architecturaux ». Si la proposition d’aménagement a prévu de conserver l’ossature du bâtiment, les façades en béton ont été remplacées par des parois en ossature bois, du Pin sylvestre KVH® mis en œuvre par l’entreprise Maddalon Frères. L’utilisation du bois a été motivée par un choix d’ordre technique, environnemental, esthétique et identitaire.

Bâtiment ONF

Laurent Kowalski s’exprime à ce sujet : « les longrines des fondations ne pouvant supporter une charge importante, l’ossature bois s’est naturellement imposée pour alléger les façades, accrochée sur des poteaux et des poutres à la périphérie du bâtiment. La lisse basse permet ainsi de répartir les charges et d’éviter une sollicitation trop forte au droit des longrines où une attention particulière a été portée pour limiter les déperditions thermiques ». La nouvelle ossature est constituée d’un remplissage en laine minérale semi-rigide, un panneau en fibre de bois, un voile de contreventement intérieur de type OSB opérant comme frein-vapeur et permettant de résoudre l’étanchéité à l’air du bâtiment, un vide technique par lattes et contre lattes en bois recouvert de plaques de gypse pour permettre le câblage et éviter de percer l’OSB, et un revêtement mixte (enduit minéral et bardage non traité en mélèze à lames horizontales, sciage fin pré-grisaillé, saturateur pigmenté).

Bâtiment ONF
La rénovation du bâtiment a fait l’objet d’une étude approfondie pour améliorer les performances thermiques.

Les lames ont été assemblées par rainurage et languette, fixées par des clous inox.Tout a été mis en œuvre pour renforcer l’isolation et l’étanchéité. « Nous recherchons systématiquement un niveau “ passif ” d’étanchéité à l’air sur nos différents projets. Ici, nous avons augmenté, directement sous le bac acier, l’isolation en sous-toiture. Le deuxième faux-plafond en plaque de plâtre ayant servi de support à ce complément ». Par rapport au bâtiment d’origine, les ouvertures en façade nord on été considérablement réduites, les nouvelles fenêtres sont en double vitrage à isolation renforcée. Elles permettront, autant que la nouvelle ossature, à renforcer l’isolation de l’enveloppe du bâtiment. Un jeu de lumière et de façades se produit alors, les lignes horizontales sont marquées, accentuées par un bandeau en Mélèze, des corniches, des débords… « Par des hauteurs différentes, par des traitements variés, les quatre façades sont ainsi différentes les unes des autres ». Chacune dispose d’une protection solaire adaptée : « Au Sud, une poutre treillis sert de brise-soleil et de support à une végétation grimpante sur un treillis métallique. La façade Ouest est équipée de protections végétales en rez-de-chaussée et de brise-soleil coulissants à l’étage quand la façade Est s’exempte de tels dispositifs ». La végétation, qui semble flotter sur fond de bois, traduit la métaphore recherchée en rapport au paysage forestier. Tout a été imaginé pour ancrer le bâtiment dans une nouvelle ère, plus en phase avec son environnement.

Texte : Laurène Delion – Photos : Atelier A4