isolation des combles

En architecture, les combles sont des ensembles constitués par la charpente et la couverture. Délimités par les versants de toiture et par le dernier plancher, les combles dégagés sous la toiture peuvent être aménagés en espaces habitables : chambre, salle de jeux, salle média, bureau, atelier, etc. Les combles habitables sont chauffés, isolés et protégés contre la vapeur d’eau par un film mis en œuvre du côté chaud de l’isolation.

L’isolation des combles perdus

Selon le type de charpente et son accessibilité, plusieurs solutions d’isolation sont possibles dans les combles perdus. L’épaisseur des isolants n’étant pas limitée, l’isolation des combles perdus permet d’atteindre d’excellentes performances thermiques, à condition de préserver la continuité avec l’isolant des murs porteurs. 

– Charpentes industrialisées :

Le plancher peut être isolé avec un matériau vrac par soufflage ou épandage (laines minérales, ouate de cellulose, etc.), ou par le dessous avec un plancher rapporté et un pare-vapeur rapporté. La méthode par soufflage garantit une meilleure répartition de l’isolant, notamment dans les endroits peu accessibles. Le soufflage nécessite une machine spéciale. L’isolant doit être réparti uniformément. Des piges graduées permettront de contrôler l’épaisseur requise et la mise à niveau de la surface à couvrir. Les boîtes de dérivation et les gaines électriques seront recouvertes et signalées au moyen d’affichettes. Par épandage, l’isolant en vrac est réparti manuellement. Les mêmes systèmes de précaution sont nécessaires : pare-vapeur, épaisseur, etc. En rouleaux ou en panneaux, la solution consiste à coincer l’isolant entre les entraits des fermettes.

isolation des combles
isolation des combles
isolation des combles
Selon le type de charpente et son accessibilité, plusieurs solutions d’isolation sont possibles dans les combles. L’aménagement des combles est incompatible avec les charpentes industrialisées, à moins d’avoir recours à des fermes spécifiques.

L’isolation des combles aménageables

L’aménagement des combles est incompatible avec les charpentes industrialisées, à moins d’avoir recours à des fermes spécifiques. L’accès nécessitera de couper ou modifier une ou deux fermes qui devront être renforcée(s) pour garantir la stabilité de la charpente. L’isolation des combles aménageables doit être réalisée au niveau des éléments de charpente : entre les chevrons, par-dessous les chevrons ou par-dessus dans le cas d’une réfection de la toiture ou de la couverture, ou dans le neuf (isolation par l’extérieur). Pour garantir la ventilation de la toiture (lame d’air de 2 cm), l’isolant ne doit en aucun cas être mis en œuvre au contact de la couverture ou contre les liteaux qui la supportent. L’isolation en deux couches reste la méthode la plus couramment employée, notamment pour les charpentes traditionnelles. La pose s’effectue par l’intérieur, en neuf comme en rénovation. 

– Charpentes traditionnelles :

La configuration des charpentes traditionnelles permet de poser, directement sur le sol, des rouleaux ou des panneaux isolants. Un pare-vapeur devra préalablement être déposé avant la mise en œuvre de l’isolant. Pour limiter les ponts thermiques, prévoyez une double isolation en couche croisée. Pour les maisons en structure bois, le matériau isolant doit posséder un bon coefficient de déphasage thermique. L’isolant doit recouvrir la panne sablière. La première couche est posée sur le plancher. La seconde couche sans pare-vapeur est posée en couche croisée ou à joints décalés. Dans les constructions neuves avec absence de plancher haut, la solution consiste à dérouler l’isolant (isolant avec pare-vapeur intégré) entre les solives avec un plancher rapporté. Le plafond rapporté assure l’étanchéité à l’air du plafond et à la vapeur d’eau par convection, sauf en cas de pose de lambris. Pour éviter les ponts thermiques entre l’isolant et les solives, prévoyez des largeurs de lés légèrement supérieurs à l’espacement des solives. La panne sablière doit être recouverte. La trappe de visite doit elle aussi être isolée et les éventuelles boîtes de connexion électrique ne devront pas être enfouies mais déposées en surface, sur l’isolant. 

La première couche d’isolant (sans pare-vapeur) est mise en œuvre entre les chevrons avec une lame d’air du côté de la couverture pour permettre la ventilation. L’épaisseur des chevrons détermine l’épaisseur maximale de l’isolant. La seconde couche (avec pare-vapeur) est mise en œuvre sous les chevrons. Elle nécessite la réalisation d’une ossature rapportée (métallique ou en bois) pour maintenir l’isolant et supporter le parement. L’isolation des rampants doit être prolongée sur les parois verticales. Un pare-vapeur intégré ou rapporté est toujours obligatoire. L’étanchéité entre les lés devra être assurée par l’utilisation de bandes adhésives. Le soin apporté à l’étanchéité des ouvertures et de la sortie des différents conduits (chauffage, gaines, etc.) permettront de limiter les déperditions thermiques et de vivre confortablement dans cet espace habitable chauffé. L’isolation par l’extérieur des charpentes traditionnelles, le sarking, consiste à fixer mécaniquement un platelage sur les chevrons, du côté extérieur de la toiture, sous la couverture.

 Cette technique intervient en neuf ou dans le cas d’une réfection de toiture. Le sarking permet de libérer totalement l’espace intérieur. Les toitures peuvent également être isolées avec des panneaux de toiture : caissons chevronnés ou panneaux sandwich. Le parement fini ou décoratif est mis en œuvre côté intérieur. Les panneaux de toitures sont fixés perpendiculairement aux pannes. La qualité d’isolation des combles aménagés nécessite une bonne isolation de la toiture.

isolation des combles
Isolation des combles aménageables par l’extérieur et l’intérieur, d’une maison en ossature bois 

.1 Chevrons

.2 Panneaux OSB

.3 Poteau

.4 Matériau isolant

.5 Pare-pluie

.6 Liteau

.7 Plaques de plâtre

.8 Pare-vapeur

.9 Ossature métallique 

.10 Bande d’adhésif

Texte : Laurène Delion